Formateur sapeur-pompier, une nouvelle page à écrire.

. Posted in Le monde de la formation

Une réforme des statuts et de la formation induit toujours des interrogations, des inquiétudes. Le mot d'ordre est posé, il faut faire de "l'apprentissage par compétences". L'idée de ces « posts » n'est pas de revenir sur les principes et les concepts de cette méthode pédagogique mais de faire un focus sur ceux qui depuis de décennies sont dénommés "formateurs".

Episode 1 - Notre histoire, Notre avenir …

 

"... pour espérer, pour aller de l'avant, il faut savoir aussi d'où l'on vient". Cette citation – qui nous rappelle celle de notre école nationale d’officier -  de Fernand Braudel (historien, Histoire de l'Afrique noire, préface, Hatier 1972) semble un préambule nécessaire pour poser une réflexion sur la fonction de formateur chez les sapeurs-pompiers. Le pourtour des propos resteront principalement centrés sur les formations de tronc commun.

Allez, on se refait l’histoire … version raccourcie, vitesse accélérée … avant la révolution, l’activité de lutte contre le feu est un art assuré par les corps de métiers du bâtiment. Leur formation construite sur le modèle du compagnonnage repose sur la transmission intergénérationnelle entre artisans. Après la révolution et le dramatique feu de l’Ambassade d’Autriche, les pompiers deviennent militaires à travers l’intégration à la Garde Nationale (1811). La formation est imprégnée de ce corpus, la dénomination de l’Instruction prend sa place. La répétition des gestes conditionnent l’action, nous sommes déjà emprunt du modèle béhaviorisme[1], même si ce vocable de pédagogie apparaîtra bien plus tard. Après la guerre 39-45, en 1954, le fameux RIM